Zone de confort

Au début de la vingtaine j’entendais constamment cette expression : sors de ta zone de confort parce que c’est là que tout se passe. Ah oui et que se passe-t-il de si magique dans cet autre univers ? Je vais soudainement voir le monde autrement ?


Dans ma tête de jeunes adultes j’étais certaine que ça voulait automatiquement dire qu’on devait devenir rebelle. ¨Rebelle¨ un mot qui me faisait tellement peur, mais qui à la fois m’obsédait. Si je sortais de ma zone de confort je deviendrais alors une déjantée en quête d’aventures qui défierait les lois avec mon froc de cuir.


C’est vraiment beaucoup plus tard que j’ai compris.


Sortir de sa zone de confort veut simplement dire arrêter de voir le monde comme on nous l’a enseigné avec ses non-dits et ses contraintes. Il faut tout simplement l’observer avec nos propres yeux et sans jugement. S’ouvrir aux autres, se permettre d’être vulnérable et prendre le temps de sentir les émotions que ça nous apporte.


C’est loin d’être facile. Parce que cette zone de confort c’est tout ce qu’on connaît et tout ce qu’on nous a appris. C’est confortable et douillet même si parfois ça fait aussi mal.

L’humain est naturellement fait pour avoir peur de l’inconnu.


Moi je suis sortie de ma zone de confort de force. C’était ça ou alors j’allais mourir à petit feu. J’ai eu la trouille oui, mais une fois que j’ai mis la peur de côté je me suis réellement sentie vivante. Ça sonne cliché je sais, mais c’est juste vrai.


Sortir de sa zone de confort ce n’est pas nécessairement tout plaquer et aller en Afrique pour un voyage humanitaire. Ça peut être un geste tout simple comme sourire à un étranger sur la rue ou encore faire une activité qu’on a toujours eu le goût de faire, mais qu’on n’a jamais osé de peur que…Peur de quoi au juste?


Attention une fois qu’on sort de cette zone ça ne veut pas dire qu’on ne reviendra plus jamais dans le confort. On y reviendra parce que c’est là qu’on se sent en sécurité. Il n’y a rien de mal au confort bien au contraire, mais il faut juste éviter de s’y enliser.


Être confortable c’est bien, mais rappelons-nous que se sentir vivant et libre c’est encore mieux !


Love
Véronique

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published